Sélectionner une page

Tout savoir sur la diversification alimentaire

Rédigé par Louise le 1 août 2023
Louise-Rédactrice-Babyo
Tout savoir sur la diversification alimentaire

Votre bébé grandit au fil du temps. Sa croissance et son développement peuvent être très rapides. Mais cela implique de nombreux besoins, dont les plus essentiels sont l’énergie et les nutriments. À ce titre, le rôle de l’alimentation est vital, que ce soit pour développer le système immunitaire ou assurer la santé de l’enfant en général.

Certes, le lait maternel ou le lait pour nourrisson de 1er âge suffisent durant les premiers mois de chaque enfant, mais la diversification alimentaire fait également partie des étapes incontournables dans le cadre de son évolution. C’est le moment de l’habituer avec de nouveaux aliments et de lui apprendre de nouvelles saveurs, de nouvelles textures, de nouvelles couleurs et de nouvelles odeurs.

Qu’est-ce que la diversification alimentaire ?

La diversification alimentaire est une étape consistant à introduire progressivement de nouveaux aliments, notamment une alimentation variée. Le lait maternel ou infantile arrivent à couvrir les besoins nutritionnels de votre bébé et s’adapte entièrement à ses fonctions digestives et métaboliques.

À partir de ses 4 mois révolus, le petit bout a besoin d’être nourri d’une autre manière, même si le lait reste toujours à côté. Il s’agit de diversifier les préparations pour nourrissons. Le processus commence petit à petit, car il doit suivre le rythme de la digestion et du métabolisme de votre enfant. Ce dernier va se familiariser peu à peu à sa nouvelle nutrition et commence à y prendre goût en mangeant.

Mais il ne s’agit pas d’un simple éveil gustatif. Cette étape importante de la vie aide également à stimuler certains organes de sens tels que la vue, l’odorat et le toucher.

À quel âge commencer à diversifier l’alimentation du nourrisson ?

Il est possible de réaliser l’allaitement exclusif, que ce soit du lait maternel ou du lait infantile, jusqu’à 6 mois. Toutefois, vous pouvez introduire doucement des aliments solides dans le planning repas du nourrisson allaité à partir de 4 mois révolus, suivant de préférence la prescription d’un pédiatre.

Commencer à introduire une nourriture solide à 4 mois n’est pas toujours préconisé. En effet, le système digestif et la barrière intestinale de l’enfant ne sont pas encore assez matures. Pour autant, démarrer cette étape trop tard, à partir de l’âge de 6 mois par exemple, risque d’augmenter les problèmes d’intolérances et d’allergies alimentaires. En cas de soucis de digestion, n’hésitez pas à consulter un ostéopathe pour enfant.

Il est donc plus judicieux de débuter le processus entre 4 et 6 mois, une fois que le bébé arrive à mastiquer ses aliments. Sauf s’il présente des risques d’allergie, comme avec un parent allergique.

Les paramètres à prendre en compte avant le début de la diversification

Avant de donner quoi que ce soit au tout petit, il est nécessaire de prendre en compte certains facteurs et recommandations. Tout d’abord, l’avis d’un pédiatre traitant est important pour accompagner la diversification alimentaire. Vous avez le droit de lui poser toutes les questions possibles pour permettre une diversification dans les meilleures conditions.

La première chose à faire est de demander l’âge approprié et la santé de l’enfant. Il faut savoir si votre petit bout est en mesure de recevoir de nouveaux aliments solides mixés. Différents éléments méritent d’être pris en compte dont les phases de développement de votre enfant. Est-il déjà prêt à ouvrir sa bouche pour avaler d’autres aliments que le lait ? Est-il capable de digérer les aliments ?

 

Éviter la diversification alimentaire précoce

La diversification alimentaire précoce ne convient pas non plus. Sinon, la quantité de lait risque de diminuer. Pourtant, le manque de lait maternel ou infantile risque d’entraîner des carences de certains éléments. Les autres ingrédients ne couvrent pas assez les besoins en calcium, en magnésium, en fer ainsi qu’en acides gras essentiels.

En fait, le calcium est indispensable pour la croissance des os. Le fer joue un rôle important pour la défense immunitaire et anti-infectieuse. Son manque entraîne des infections ORL à répétition chez les enfants en bas âge. L’effet relaxant du magnésium est fortement sollicité chez ces derniers. Autrement, cela aura un impact négatif. Les acides gras essentiels sont fondamentaux pour développer les structures cérébrales.

 

Prendre compte du dosage de lait

Il ne faut pas oublier que le lait infantile reste la base de l’alimentation de bébé. Vous pouvez arrêter petit à petit les tétées ou les biberons. Pour les bébés qui sont allaités, l’allaitement exclusif est préconisé jusqu’à 6 mois. Il est possible de continuer à allaiter à la demande de votre bout de chou.

Pour ceux qui sont nourris au biberon, le type de lait passe du 1er âge au 2e âge et progressivement la quantité diminue. Le lait de vache est décommandé avant l’âge de 5 ans. Malgré tout, l’appétit du petit doit être pris en compte.

 

A quel moment donner de l’eau à bébé ?

L’eau est sans aucun doute l’un des éléments les plus importants de l’alimentation, mais la question est de savoir quand la donner à bébé. Les recommandations sur la quantité et le moment de donner de l’eau aux bébés peuvent varier en fonction de leur âge. 

Voici un aperçu des principales recommandations : 

De 0 à 6 mois

Pendant les premiers mois de la vie d’un bébé, il n’est pas nécessaire de donner de l’eau à bébé. Tout ce dont il a besoin lui est donné par la lait. l’eu peut être éventuellement donnée en cas de fortes chaleurs par exemple. 

De 6 à 12 mois

Entre l’âge de six mois et un an, les bébés peuvent commencer à boire de l’eau supplémentaire en plus de leur lait maternel ou de leur formule pour nourrissons. Consommant moins de lait que les premiers mois, il est même recommandé de donner de l’eau à votre bébé.

diversification alimentaire

Comment entamer la diversification alimentaire ?

Le passage progressif du biberon de lait à la nourriture solide constitue une étape extrêmement importante dans la vie de votre bébé. La première chose à faire est de demander au médecin traitant ou au pédiatre le moment le plus approprié pour l’entamer. Les professionnels de santé, en particulier les pédiatres, ont aussi la capacité de vous conseiller les aliments selon l’âge du nourrisson.

Quels aliments de 4 à 8 mois ?

Des purées de légumes et des compotes de fruits

Les légumes tendres et peu fibreux sont les premiers aliments qui peuvent être introduits pour nourrir bébé en complément de son lait maternel ou de la préparation infantile de 1er âge. Il est possible d’utiliser : des carottes, de la pomme de terre, de la courgette, des épinards, de la courge, des blancs de poireaux, des haricots verts, du potiron, du brocoli, du chou-fleur…

Préparés au repas de midi, les ingrédients doivent être cuits avec de l’eau ou à la vapeur, mixés finement et réduits sous forme de purée. À éviter toutefois ceux qui sont difficiles à digérer. L’idéal est d’introduire un légume par jour pour que le petit ait le temps d’apprécier les saveurs de chaque aliment.

Viennent par la suite les fruits, qui seront aussi cuits et mixés de manière lisse. Optez pour la poire, la banane et la pêche. Il n’est pas nécessaire de rajouter du sel, du sucre, du miel et des graisses au repas du nourrisson. À partir de 6 mois, les fruits peuvent être mangés crus, mais bien lavés et mixés.

Par ailleurs, les jus de fruits ne sont pas nécessaires. L’allaitement maternel et le lait infantile sont bien fournis en vitamines. Si vous n’êtes pas en mesure de préparer les repas, un petit pot de fruits et de légumes conçu suivant les normes fera l’affaire.

De la viande, des volailles et des œufs

Les protéines d’origine animale peuvent être introduites vers l’âge de 6 mois. Une seule fois suffit par jour, à raison de 10 grammes ou 2 cuillères à café de purée. Commencez par la purée de viande blanche. Il est possible d’introduire des œufs durs et des poissons maigres vers le 7 ème mois. Un quart d’œuf dur suffit jusqu’au 9 ème mois.

Les féculents et les céréales

Certains pédiatres préconisent d’introduire dans le repas de bébé les farines sans gluten entre 4 et 6 mois. Attendez le 8 ème mois pour lui offrir de la semoule de blé et du riz ! Les produits céréaliers constituent une véritable source d’énergie.

Les produits laitiers et les matières grasses

Outre le lait, vous pouvez donner à votre bébé de 5 mois des yaourts et du fromage blanc. Il est même possible de rajouter une matière grasse en petites quantités (beurre non cuit, huile de colza…).

Quels aliments à l’âge de 9 à 12 mois ?

Dès que l’enfant commence à mâcher, vers le 9 ème mois, préférez les aliments écrasés ou en petits morceaux, faciles à mastiquer et à avaler. À cet âge-là, les protéines, les fruits et les légumes seront écrasés et hachés. Dès l’âge de 1 an, votre bébé a la capacité de tout manger, ou presque, allant des fruits frais aux légumes secs (lentilles, pois chiche…).

Comment équilibrer l’allaitement et la diversification alimentaire ?

À partir de 6 mois, l’allaitement sert à accompagner la diversification alimentaire. Il vaut mieux à cet effet séparer les tétées ou les biberons de lait des repas par jour afin d’éviter de saturer le petit estomac du bébé. Supprimez par la suite, et ce de manière progressive, une tétée ou un biberon pour le remplacer par un laitage (yaourt, fromage blanc, petits Suisses…).

Le début de la diversification alimentaire constitue plutôt une phase de découverte. Le petit peut manger des aliments solides en petites quantités. Les cuillères à café constituent un équipement parfait pour aider votre bout de chou à manger. N’hésitez pas à lui donner du lait de croissance, si votre bébé prend des biberons.

A Lire également  Les meilleures pratiques pour un rituel de coucher apaisant et efficace pour votre bébé